Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Nombre de messages : 299
Age : 65
Localisation : Armagnac Landais
Date d'inscription : 25/03/2007
Voir le profil de l'utilisateurhttp://marinamicale.fr

Historique trouvez les erreurs

le Mar 13 Juin 2017 - 22:43
Voici un Historique de Marina trouvé dans une publication militaire des années 80 .
Petit Jeu : cherchez les erreurs

" />

_________________
Buck (Marina 1973-1982)
avatar
Admin
Nombre de messages : 299
Age : 65
Localisation : Armagnac Landais
Date d'inscription : 25/03/2007
Voir le profil de l'utilisateurhttp://marinamicale.fr

Re: Historique trouvez les erreurs

le Lun 19 Juin 2017 - 13:25
Voici quelques réponses et corrections avec quelques détails pou ceux que cela intéresse :

Partie 1: avant l'Armée de l'Air

1913 non:1911  : L’histoire de l’aviation montoise commença en 1911 avec l’organisation du premier meeting aérien montois. Cette année-là, deux aviateurs civils, Lafargue et Labouchère, y réalisèrent de périlleuses exhibitions aéronautiques.

1914-1918
: Pendant la Première Guerre mondiale, l’hippodrome de Mont-de-Marsan fut transformé en terrain militaire. Des pilotes de guerre vinrent s’y entraîner,  depuis Pau ou était établie  une école de chasse. Parmi eux, le capitaine Guynemer.

1930 non: 1928 Henri Farbos,  industriel montois, inaugura officiellement l’aéroclub le 5 janvier 1928 et en devint le président la création fut décidée après des démonstrations d'Ernest Vinchon et Adrienne Bolland (pas Bolée) première femme à avoir exécuté un looping et surtout connue pour avoir traversé les Andes.
L'aéroclub utilise l'hippodrome en guise de terrain d'aviation .

1934 : L’accroissement des activités aéronautiques ne permettant  plus le partage du terrain avec les activités hippiques. La municipalité décida alors d’acquérir plusieurs centaines d’hectares et le nouveau terrain d’aviation ouvrit ses hangars, au sud de l’hippodrome. L’aéroclub y réalisant une infrastructure moderne, remarquable pour l’époque.
L' inauguration officielle de l'aérodrome des landes " Côte d'Argent"  a lieu le 17 juin 1934 par le  colonel Garde de Bordeaux  représentant le général Denain

1939-1945: Lorsque la guerre éclate, le site de Mont-de-Marsan reçoit une annexe de l’école de l’air de Salon-de-Provence alors délocalisée à Bordeaux-Mérignac. Mais le site est occupé par la Luftwaffe dès juin 1940. Les Allemands entreprennent des travaux gigantesques, installent des hangars et construisent une piste en béton. La base allemande accueille une école de chasse équipée de Messerschmitt 109. En octobre 1943, y est installé un escadron de Junker 290 destiné  à la reconnaissance et l’attaque à long rayon d’action des convois alliés en Atlantique.
La base sera bombardée par l’aviation américaine le 27 mars 1944.

1946 non 1945: A la Libération, l’état-major de l’armée de l'air décide de réorganiser le Centre d’expériences aériennes militaires (CEAM), détruit en 1940 à Orléans. Le Centre est déplacé à Mont-de-Marsan sous le commandement du colonel Kostia Wladimir Rozanoff. le 15 octobre  1945, le CEAM renait à Mont de Marsan.


Dernière édition par Buclon Joel(Buck) le Mar 27 Juin 2017 - 20:22, édité 1 fois
avatar
Admin
Nombre de messages : 299
Age : 65
Localisation : Armagnac Landais
Date d'inscription : 25/03/2007
Voir le profil de l'utilisateurhttp://marinamicale.fr

Certainement les deux premiers a avoir survolé Mont 2

le Lun 19 Juin 2017 - 21:46
" />




Meeting de Mont de Marsan Aout 1911


Dernière édition par Buclon Joel(Buck) le Mer 5 Juil 2017 - 20:12, édité 1 fois

_________________
Buck (Marina 1973-1982)
avatar
Admin
Nombre de messages : 299
Age : 65
Localisation : Armagnac Landais
Date d'inscription : 25/03/2007
Voir le profil de l'utilisateurhttp://marinamicale.fr

Re: Historique trouvez les erreurs

le Mar 27 Juin 2017 - 20:21
Partie 2:  l'Armée de l'Air s'installe à Mont de Marsan, les contrôleurs y participent

Avant 1957,

Années 1950
Le CEAM dédie une de ses sections aux travaux sur les radars et crée la section applications radar ayant pour objectif  d’organiser la maintenance des matériels en service et travailler à définir les caractéristiques de différents équipements comme la portée, l’altitude ainsi que le diagramme de rayonnement pour en permettre la calibration

1952,
Le CEAM participe à l’expérimentation opérationnelle de matériels radar soit sur place soit dans des unités de la DAT (Défense Aérienne du Territoire) comme le radar mobile lourd (Ramolo) à Tavaux puis à Tour

A la fin des années 1950, ses personnels seront présents à Romilly, Servance, Meaux, Lahr, Telergma…

1956,
Une équipe itinérante est chargée de la calibration des Radars de DA ainsi que les SRE et SPAR sur tout le territoire

En ce temps là:
La Section Radar indicatif " TORO" et le Centre de Triangulation indicatif "PATHE" cohabitent sur la base de Mont de Marsan, ils assurent le contrôle et la sécurité des vols du CEAM.
_Le Centre de Triangulation est un sous-secteur du Centre de Triangulation  Radiogoniométrique (CTR) de Bordeaux (indicatif SAUTERNES). Le CTR ne fonctionne qu’au profit des avions de Mont de Marsan : dès qu’un avion décolle de la base, quatre des sept stations de SAUTERNES passent sous contrôle de PATHE.

_TORO n’est alors qu’une station radar expérimentale, dépendant du Groupement des moyens expérimentaux (GME). La station radar logera au rez de chaussé de la tour de contrôle dans une salle (plus tard équipée en CESAR (Complexe d’Exploitation Semi-automatique de Renseignement Radar, jusqu’à la fin avril 1969.) Les locaux occupés par ces deux organismes sont situés en bordure du chemin de roulement et abritent aussi l’approche du terrain, la vigie, le bureau information air et la météo.

A partir de 1957

1957 ,
Le CTR pathé est dissout. La station radar reçoit une mission d’aide à la navigation dans le sud-ouest de la France. Un embryon de CCT (Coordination et Contrôle du Trafic) commence à fonctionner à cette époque.

1957, 27 décembre,
L’Etat-major de l’Armée de l’air demande au Centre d’expérimentation aérienne militaire (CEAM) d’étudier en liaison avec la Défense aérienne du territoire (DAT), les conditions d’utilisation de ses moyens actifs dans le cadre de la défense aérienne.

1958
La station radar prend l’indicatif MARINA.
Les priorités des missions de la station sont alors, dans l’ordre :
1/ L’expérimentation,
2/ La sécurité aérienne,
3/ La défense aérienne.

1961,
La station de Mont de Marsan reçoit l’appellation de Centre de Détection et de Contrôle de Secteur (CDCS). En cas d’alerte simple la station adopte une posture H24 et en cas d’alerte renforcée la priorité 1 est affectée à la mission de défense aérienne. La station MARINA doit aussi participer aux exercices de défense aérienne en temps de paix.

1962,
La construction du bâtiment destiné à abriter le STRIDA II (MARINA II) se termine. Cet édifice se trouve en bordure de la piste à la suite du bâtiment du CDCS. Il comprend la salle
d’opération appelée ANTIGONE, des salles techniques et quelques bureaux. La station est maintenant équipée de VISU II.)

1963,
L’Etat-major envisage d’intégrer partiellement la station MARINA dans le dispositif général de défense aérienne afin de mettre sur pied un ensemble défensif complet parallèlement à la création de forces aériennes stratégiques.

1964,
Premier juillet, débute à titre expérimental le fonctionnement H24 de la station. Ce fonctionnement sera officialisé le premier octobre 1964.
Mission de la station:
- fonctionnement H24 du CCT et de la chaîne de renseignement de défense aérienne ;
-armement H24 d’une cellule d’interception en manuel.

1966,
La Section Radar devient Escadron Radar et devient une station opérationnelle. Mais MARINA conserve tout de même une mission expérimentale.

1967,
Le CEAM reçoit la mission de transformation du personnel des futures stations STRIDA, un Escadron d’Entraînement STRIDA (EES) est créé au sein de l’Escadron radar dont
il utilise les infrastructures. Il fonctionne à partir de la salle STRIDA Antigone.
Cette même année la zone de contrôle COM attribuée au CCT de Mont de Marsan est divisée en deux :
_la partie nord passant sous la responsabilité de la section de contrôle de la COM de Bordeaux : Marina bleu,
_la partie sud étant conservée par Mont de Marsan : Marina rouge.

1968, Mai,
Lors des événements , MARINA se distingue durant l’opération "Clément Marot». Durant cette opération les CDC prennent en compte l’ensemble du trafic aérien civil et militaire. MARINA montre ses capacités à faire face à des événements imprévus.

1968, premier août,
l’EscadronRadar devient l’Escadron Radar 91.118. Cette unité est encore composée de contrôleurs et de mécaniciens. -L'escadron radar était une unité du CEAM qui supportait au début le CDC puis l'EES mais également les équipes d'expérimentation des différents matériels radar.

1969, mai
A partir du 1er mai 1969, La salle Antigone - en Capac2 Visu 2 devient opérationnelle Elle abrite le CDC et l'EES -ayant été jusque-là utilisée pour l'expérimentation et l'EES.

Cette année-là, le radar DRFV 13 A (23 cm) est installé à Mont de Marsan sur une tour érigée en 1960 pour le palmier D. Pour la première fois, un radar neuf est mis en service à Mont de Marsan au profit direct des opérations. C’est l’arrivée de ce matériel qui marque le passage de MARINA d’une station à caractère expérimental à une station à caractère opérationnel.
( La station opérationnelle sous la tour de contrôle est restée en CESAR  jusqu’en  avril1969)[/b]



Conclusion  de cherchez les erreurs, dans cette deuxième partie , c'est que l'indicatif MARINA existe depuis  1958  et non depuis 1969 comme  le laissait entendre l'historique publié dans les années 80...

Pour la suite: Se rendre sur notre Site internet à l'index historique.

_________________
Buck (Marina 1973-1982)
Contenu sponsorisé

Re: Historique trouvez les erreurs

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum